LE COIN DE L'ASTRONOME de février 2012

Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 

De la valeur des observations

Si une seule expérience contredit la plus brillante des hypothèses, c’est cette dernière qu’il faut abandonner ! Grace aux progrès de la technique les « découvertes » sont nombreuses, mais ce qui n’est plus dans les registres des scientifiques est leur interprétation, ce qui souvent devient une extrapolation d’anciens événements.

En voici quelques exemples très récents et le plus spectaculaire, qui d’ailleurs arrive à point-nommé pour tenter de glaner encore quelques crédits est l’annonce par la NASA de la découverte d’une « sœur jumelle de la Terre » par l’intermédiaire d’une sonde et cet astre porte son nom, c’est Kepler 22b. Qu’en-est-il précisément ? Le télescope spatial de 1,4 mètre lancé en mars 2009 pointe depuis, environ 170.000 étoiles entre Deneb et Vega, il peut détecter des variations d’éclat de 0,01%. La « mode » étant à la recherche d’exoplanètes, ces petits écarts de luminosités peuvent être présentés comme la marque du passage d’un corps obscur devant l’astre. Actuellement Kepler a observé 2326 « planètes potentielles » mais seules 33 candidates ont été retenues car il faudrait attendre 2014 pour confirmer, disent les spécialistes, leurs statuts planétaires. Malheureusement la NASA est prévenue que les crédits cessent en fin de cette année 2012 ! Quel beau coup de publicité ! Certains chercheurs estiment que « la quête d’une autre planète bleue serait une chimère ! En effet, après études comparatives, seules 2326 occultations observées, 2165 ont été confirmées comme des « étoiles binaires à éclipses ». Parmi les autres candidates, on estime qu’il n’y a que 1 chance sur 200 pour qu’elle passe juste devant l’étoile. L’un des spécialistes de ces études n’hésite pas à spécifier, qu’après tout, trouver une planète sœur de la nôtre, ce serait simplement « anecdotique ».

A défaut de vie extraterrestre, la NASA, explore les mouvements souterrains et par le fait même étudie la vie sous-marine. Il y a environ un mois, un satellite détectait en Mer Rouge, un important nuage inhabituel et cela venait confirmer les témoignages de pêcheurs qui avaient été surpris de trouver un ilot, long de quelques centaines de mètres d’où s’échappaient des jets de lave de 30 mètres de hauteur. L’observation ne faisait aucun doute et les clichés du satellite ont montré qu’il s’agissait bien d’une éruption volcanique, comme il s’en produit souvent, mais rarement en surface. Il y a plusieurs millions d’années sont ainsi apparues des îles comme la Réunion ou les Canaries ainsi que la Polynésie. Lors de notre voyage en Irlande, en 2003 pour une Eclipse Solaire, nous avons pu survoler un îlot, Surtsey, au sud de l’île, qui est apparu en 1963. Tous les adeptes de Darwin ont tenté de vérifier les expériences de « génération spontanée » et obtenu que tout contact avec la civilisation en soit écarté. Qu’elle était l’avenir du rocher ? Or actuellement on y observe une succession de changement : d’abord de la végétation, puis des animaux et même parfois des humains ! L’explication parait logique, les vents sont souvent porteurs de graines qui ont germé puis des oiseaux sont venus avec leurs prédateurs, des amphibiens, ce qui a attiré des pêcheurs qui parfois s’y installent pour une saison. Va-t-on tenter à nouveau cette expérience en Mer Rouge ? À moins, soit les vents et les tempêtes qui effacent cet îlot, soit que de nouvelles irruptions viennent consolider l’ensemble… quelle  aubaine pour les organisateurs de croisières, ça éviterait d’aller aux Seychelles !

Un troisième sujet pour ma rubrique m’est fourni par l’actualité de ce mois de février et si le ciel est favorable il sera facile d’en faire l’observation. Il y a quelques années j’ai été interpelé par une personne qui s’est présenté comme une passionnée d’astronomie, ne manquant jamais chaque jour, de lire… son horoscope ! Elle avait vu un croissant de Lune presque « couché comme une coupelle » ; c’est ainsi qu’elle l’avait vu pendant ses années passées en Afrique Centrale. Tout cela est exact et si, près de l’Equateur, cela est fréquent pourquoi (je cite de mémoire !) « les astronomes ne nous ont-ils pas avertis du basculement de la Terre lors de certaines Nouvelles Lunes ? »

Or ce 22 février vers 19 heures – mais encore le 23 en moins spectaculaire – présenté parfois comme « un sourire », nous verrons un très fin croissant pratiquement horizontal, ce qui certes n’est pas très fréquent. Voici donc l’explication que je veux simplifier au maximum ! non, la Terre n’a pas à basculer, car elle est déjà inclinée, nous serons près d’une Nouvelle Lune, le 26 à 22h26 (T.U.) et notre satellite n’aura donc que 20 heures ce Mercredi (des Cendres pour les catholiques) vers 19 heures, notre Lune étant à cet instant à 5 degrés au dessus de l’horizon, le Soleil étant également à 5 degrés mais sous cet horizon… donc il l’éclaire « par en dessous ». Pour mes amateurs qui souhaitent une explication physico-mathématique, voici les conditions : en moyenne la France est à 45 degrés de latitude et fin février (le maximum est le jour du printemps de 23°,5) l’axe fait environ 20 degrés avec l’écliptique… cela fait déjà 65 degrés. Or la Lune a une orbite inclinée sur l’écliptique de 5 à 6 degrés ce qui ajoute donc encore 25 degrés et on arrive à 90 degrés ! Ce qui est l’angle Lune-Soleil. Cela est exact le 22 février mais déjà le 23, alors que ce sera plus facile à voir, même à l’œil nu ou bien d’avoir des jumelles la veille, le croissant sera un peu redressé.

En résumé, au cours de cette période il ne se passe rien ce n’est pas parce que la magnitude d’une petite étoile varie parfois d’une fraction infinitésimale, qu’il y a « là-haut » une vraie planète, qu’elle puisse être un clone de la Terre e qu’il pourrait alors y avoir de la vie… et sous quelle forme ?

Ce n’est pas parce qu’un nouvel ilot est apparu en Mer Rouge que la face du monde va être changée, car non seulement cela est arrivé lors millénaires passés mais encore de nos jours.

Ce n’est pas enfin parce que le croissant de Lune change d’aspect que toute la Terre a brusquement et pour quelques jours seulement basculé, on peut remarquer qu’aucun chroniqueur à sensation ne pourrait donner cette information en « temps réel » puisqu’il n’y aurait plus personne pour l’écouter et lui-non plus d’ailleurs !

Mais soyons heureux de pouvoir ce mois-ci découvrir presque toutes les grosses planètes de notre Système Solaire tout en profitant d’une nuit supplémentaire pour les observer et tous mes vœux de fête aux Augustins de toute la Terre et ce jusqu’en 2016 pour une nouvelle année bissextile.

 

Le Soleil : Dans le Capricorne jusqu’au 17, passera alors en Verseau jusqu’au 11 Mars pour seulement arriver à la Constellation des Poissons (et non le 19 février)

La Lune : ne montre que trois phases : (en temps légal)

    • Pleine Lune le 7 à 22h55 dans le Cancer
    • Dernier Quartier le 14 à 18h05 dans la Balance
    • Nouvelle Lune le 21 à 23h26 dans le Verseau

Les planètes

    • Mercure le soir après le 20 à l’Ouest-Sud-Ouest
    • Vénus : dès le crépuscule, pendant 4 heures au Sud-Ouest
    • Mars apparait 3 heures après le coucher du Soleil à l’Est-Sud-Est et jusqu’à l’aube à l’Ouest
    • Jupiter reste encore pendant 6 heures après le coucher
    • Saturne est visible en 2e partie de la nuit à l’E-S-E

Phénomènes :

    • les 9 et 10 Vénus touche Uranus
    • Le 10. La Lune rencontre Mars et le 22 c’est Saturne
    • Les 22 et 23 on peut voir la « barque lunaire »
    • Le 25 Lune et Vénus sont à 3° en soirée
    • Le 26 la Lune est à 7 degrés au dessus de Jupiter

Prévoir dans la Petite Ourse la comète Garradd

Bernard Milet

 

Identification



Connectés

Nous avons 158 invités et aucun membre en ligne

Calendrier OACC

Septembre 2017
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
Octobre 2017
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5