LE COIN DE L'ASTRONOME de février 2014

Note utilisateur:  / 4
MauvaisTrès bien 

FACE – AU NORD – A DROITE – ALIGNEMENT !

Ce que l'on peut imaginer ce prochain 21 février vers 19 heures au niveau de l'espace, me rappelle l'un des exercices auxquels on nous habituait avant les défilés militaires. Les hommes à pied devaient, de plus, vérifier « leurs distances » avec celui qui les précédait et leur voisin de droite ; le résultat était plus délicat quand il fallait faire obéir les chevaux de tout un peloton de cavalerie ; c'était par radio – les chars disposaient d'un laryngophone pour communiquer d'une tourelle à l'autre – et c'était un vrombissement qui accompagnait le mouvement nécessaire.

Ce sera dans un calme absolu que les planètes, dont les orbites sont définies... de toute éternité, viendront se ranger obéissant à la loi de la gravitation universelle, ayant déjà fait un tel exercice, il y a probablement quelques millions d'années ou peut être des milliards ! Il y aura ainsi un évènement rare pour compenser le fait que le dernier mois de l'année historique et qui de ce fait est défavorisé. Beaucoup de mois, 7 au total, ont 31 jours, ce qui couvre 217 d'entre eux quelques autres ont 30 jours et à 4 ils nous offrent 120 du reste, ce qui en tout comprend 337 des 365 rotations terrestres, il ne restait donc plus que 28, parfois 29, jours pour arriver à Mars, début de l'an. D'origine la durée d'une lunaison était celle des mensualités et ainsi Février est le seul dans ce cas. On lui a donné le nom d'un dieu qui était rendu responsable des fièvres, fréquentes en hiver. Il aurait pu servir d'exemple pour un calendrier purement astronomique mais cette année 2014, Janvier lui a pris sa Nouvelle Lune le 30.

Nous n'avons donc pas de Nouvelle Lune mais son Premier Quartier est original de par la durée de l'éclairage sélène. Nous sommes en hiver, dans notre hémisphère Nord et cette phase est prévue le 06 février – sans rapport avec ce jour historique d'il y a 80 ans – et notre Satellite est très haut dans le ciel ; il nous éclaire ainsi durant de longues heures et par exemple, à 45 degrés de latitude Nord, le centre de la France, elle brille pendant 13h36 min dans le Bélier ne nous laissant que la seconde partie de la nuit pour nos observations.

Il y aura toutefois quelques rapprochements spectaculaires, que je vous indiquerai dans la fin de ma rubrique. Mais bien que nous ne puissions depuis la Terre le constater, il se produira de quoi « réjouir ou effrayer les âmes sensibles » et c'est la justification de mon titre. On a calculé que le 21 février à 19h heures, légales d'hiver, il y aura dans l'espace un véritable alignement planétaire. Déjà Vénus et Mars vont se trouver en conjonction héliocentrique et on remarquera que la Lune rend visite à Saturne dans la Balance. Dans l'espace et sur l'écliptique, nous trouvons pratiquement alignées les planètes Mercure, avec Vénus et Mars et le Soleil. Mais depuis la Terre nous sommes comme le troupier au milieu du peloton, qui ne peut vérifier les alignements des rangs extrêmes et c'est ainsi que pour nous Mercure est dans le Capricorne, que Vénus traverse le Sagittaire, que Mars est vu devant la Vierge alors que le Soleil est dans le Verseau. Ces astres sont éparpillés sur près de 115 degrés le long de l'écliptique. Les deux plus importantes planètes, soit Jupiter et Saturne peuvent avoir un effet gravitationnel que l'on sait très bien calculer et qui, s'ils sont d'un même côté du Soleil, peuvent avoir une influence sur nos orbites et peut-être les comètes.

Les comètes sont tout à fait d'actualité et en particulier l'une d'elles que la sonde Rosetta devrait rencontrer. Cet engin devrait donc aborder en août la comète 67 P/TG : cette identification signifie qu'elle aurait pu être découverte en 1967, la lettre P la qualifie de périodique (6 ans) et les autres majuscules nous confirme le rôle de l'ukrainien Klim Ivanovitch Tchourioumov – que j'ai rencontré en 1972 et de sa jeune amie appelée Gerasimenka (et non... ko car la finale a féminise le nom de famille). Je tiens cette remarque de l'auteur qui - en aparté ... et en allemand – m'a confirmé que ses « patrons » ne trouvaient pas sérieux d'y joindre une amie. Ces deux jeunes chercheurs ont identifié cet astre sur une plaque photographique prise le 11 septembre 1969 à l'Institut d' Astrophysique d' Almaty au Kazakhstan et non encore analysée.

Une découverte similaire s'était déjà produite et comme j'ai pu travailler avec les auteurs de l'aventure, je ne résiste pas au plaisir de vous la narrer ! A l'Observatoire Royal de Belgique à Uccle – Bruxelles, un astronome ayant obtenu dans la nuit un cliché pour rechercher quelques astéroïdes et l'ayant développé de suite pour en apprécier la qualité, dépose la plaque sur le cadre habituel où le séchage se fait lentement. On jette rapidement un coup d'œil à l'aide d'une petite loupe et on peut alors aller se reposer. Sylvain Arend, et je parodie le poète, « avait en s'en allant négligemment posé son petit viseur dans le champ des étoiles ».

Son assistant, Monsieur Roland vient prendre son service, curieux mais respectueux et donc sans rien déplacer, remarque alors que juste au milieu du champ optique, il y a une tache floue alors que les images des étoiles sont ponctuelles. Son « chef » aurait-il découverte une comète ? C'est ce qu'il demande à l'auteur du cliché à son retour. Celui-ci est très étonné car il n'avait aucun souvenir de son geste avant son départ. Pour tenir compte de l'auteur du document et de l'heureux hasard favorable à son aide, cette comète porte les deux noms associés et la comète Arend-Roland fut tellement remarquable que les Postes Belges ont fait graver un timbre commémoratif.

Mais revenons au programme Milestone (on peut s'amuser à décomposer le mot avec la terminaison stone, pierre, mais l'astéroïde qui porte ce nom est le numéro 1630). Le vrai début a eu lieu le 20 janvier à 20h45. Cela va permettre un atterrissage, avec la sonde Philaé, et accrochage au noyau cométaire en novembre prochain pour faire les analyses tant attendues. Nous y reviendrons en temps voulu.

Bernard Milet


A suivre en Février 2014

Le Soleil reste dans le Capricorne jusqu'au 16 pour traverser le Verseau, même si certains le situent dès le 17 à 19h dans le signe des Poissons.

La Lune ne nous offre que 3 phases, la précédente N.L. a eu lieu fin janvier

On note

  • Premier Quartier le 6 à 20h23 (heures légales) en Bélier
  • Pleine Lune le 15 à 0h54 dans le Lion
  • Dernier Quartier le 22 à 18h16 dans le Scorpion.

Phénomènes :

  • Nuit du 10 au 11 conjonction entre la Lune et Jupiter
  • le 19 vers 23 heures, Mars et la Lune se lèvent ensemble
  • le 21, Saturne est près de la Lune au Nord-Est
  • le 26 : Vénus a rendez-vous avec la Lune à leur lever vers 5 heures du matin
  • le Jeudi 27, à l'aube repérer Mercure sous la Lune

Bernard Milet

 

Identification