LE COIN DE L'ASTRONOME de mai 2013

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

MAIS OU EST DONC...

Qui n'a souvenance de ce moyen mnémotechnique pour retenir les diverses formes grammaticales de nos conjonctions dites de coordination en y ajoutant les trois dernières sous le pseudo prénom d'Ornicar ? Il se trouve qu'au cours de ce mois de Mai, plusieurs phénomènes m'ont incité à relier, tout en les différenciant, ces particules de la langue française et ce que le ciel nous propose. J'avais déjà en astronomie prit l'habitude de considérer les rapprochements entre deux astres comme de simples conjonctions parfaitement prévisibles par l'étude des orbites et très souvent c'est la Lune qui sert de référence et les diverses coordonnées sont géocentriques. Plus complexes, les rencontres entre plusieurs autres astres de notre système solaire, dont le Soleil en particulier et c'est le cas des éclipses, doivent être étudiées en tenant compte de la réciprocité de leurs actions et les positions se doivent d'être coordonnées. Il me manquait la finale, pour compléter mon titre et c'est le président Obama, qui dans un budget 2013-2014 veut encourager la recherche fondamentale en demandant à la NASA de mettre à son programme la capture d'un « caillou céleste » d'une dizaine de mètres et de ce fait non encore identifié ; on pourrait l'appeler « Ornicar » et on prévoit pour cette mission 2,65 milliards de dollars... prix à débattre !

Les astres se présentent assez fréquemment et suivent un ordre logique et pour ainsi dire élémentaire. Ainsi notre satellite traverse de mois en mois les diverses constellations zodiacales et croise alors les planètes dont les orbites sont bien définies et les rencontres attirent nos regards d'amateurs et ce quel que soit leur site d'observation. Les phases lunaires sont rigoureusement les mêmes en tous lieux et ce ne sont donc pas de simples conjonctions luni-solaires vues de la Terre dans une conjugaison quasi immuable et dont le calcul est aisé. Si, à l'origine les lunaisons servaient à étalonner les mois et même les semaines correspondant à l'aspect de Séléné, il arrive comme au cours de ce mois de Mai 2013 que nos éphémérides fluctuant au cours des révolutions politiques , qui ne sont plus en rapport avec notre satellite, nous proposant deux Derniers Quartiers, le 2 et le 31 mai. Il faut essayer de faire cadrer les treize lunaisons avec les douze mois réglementaires ; on retrouve alors les conjonctions.

C'est également à une conjonction géocentrique en ascension droite que nous sommes invités le 11 mai peu après minuit entre la Lune et Vénus, cette dernière est à 1,4° au Nord du jeune croissant lunaire, âgé seulement de 41 heures. C'est pourquoi il est plus facile de rechercher Vénus, durant le crépuscule nautique, le Soleil étant alors à 12 degrés sous l'horizon Ouest Nord Ouest. Plus aisé, mais toujours dans la même direction, c'est le 12 au crépuscule que l'on peut assister à la conjonction géocentrique en ascension droite entre la Lune et Jupiter. Même si le phénomène a lieu à 15h08 min, on peut prévoir, au crépuscule un superbe, rendez-vous au-dessus de l'horizon dans un ciel déjà sombre.

C'est à nouveau Jupiter, mais il n'est plus seul, qui nous offre l'une des coordinations de ce mois et c'est le 24, au crépuscule, que la planète est accompagnée par Vénus et Mercure et ce triplet va se retrouver le 26, 27 et 28 mai, comme pour un ballet bien orchestré en interchangeant leurs rôles. C'est par le calcul des orbites coordonnées de la Terre et de la Lune autour du Soleil que l'on a pu définir les caractéristiques de l'Eclipse Centrale annulaire de Soleil des 9 et 10 mai. Si le premier contact a lieu le 9 en Temps Universel, il faut se trouver au Nord de l'Australie et près de la Grande Barrière de Corail vers 0h30, donc le 10 mai, pour observer l'anneau pendant près de 5 minutes, mais le maximum se présente en plein Océan Pacifique, avec la Nouvelle Lune. C'est en coordonnant les calculs des saros, de 18 ans 11 jours 8 heures et les observations les plus reculées dans le temps à partir du 6 janvier 1472, première éclipse du 138ème Saros, que l'on assiste le 10 mai à celle numérotée, 31 sur les 70 en cours, la dernière est prévue le 11 juillet 2716... Peut-être que d'ici là les collègues américains auront déniché le caillou céleste, mais il serait plus économique d'envisager une « épuisette » capable d'absorber un objet plus important, comme par exemple l'astéroïde [Milet] n°1630 car je m'engage à le mettre gracieusement à la disposition des futurs astronautes, avec de plus la possibilité de changer d'équipage tous les 4,5 ans, durée du parcours sur son orbite et celle-ci est très bien connue et les astrométries savent très bien... où est l'astéroïde

Bernard Milet

A suivre au cours de mai 2013 :

Le Soleil reste dans la constellation du Bélier et arrive au Taureau le 14 mai

Saturne est la seule grosse planète visible toute la nuit.

Les phases de la Lune :

    • Dernier Quartier le 2 à 3h16 dans le Verseau
    • Nouvelle Lune le 10 à 2h30 dans le Bélier
    • Premier Quartier le 18 à 6h36 dans le Lion
    • Pleine Lune le 25 à 16h26 dans le Scorpion
    • Dernier Quartier le 31 à 21 heures dans le Verseau

Rappel de l'Eclipse Annulaire de Soleil du 9 au 10 mai

Les rapprochements Jupiter, Mercure et Vénus les 26, 27 et 28 mai

Bernard Milet

 

Identification