LE COIN DE L'ASTRONOME d'octobre 2013

Note utilisateur:  / 3
MauvaisTrès bien 

Un 80ème anniversaire

Il s'agit de ma naissance à l'observation du ciel, car c'est le 9 octobre 1933 entre 20 heures et 21 heures trente que, bien qu'ayant à peine dépassé ce qu'on appelait « l'âge de raison », on me réveilla pour admirer un spectacle céleste inhabituel. Déjà, en famille, nous avions l'habitude de regarder la voûte étoilée, en cherchant à distinguer telle ou telle constellation, à suivre les phases lunaires ou les déplacements planétaires. Il était même arrivé qu'un bolide nous fasse pousser des cris d'enthousiasme en traversant notre champ visuel. Mais ce soir là c'était une véritable pluie d'étoiles filantes, les unes semblant éclater après un court trajet, d'autres laissant une plus ou moins longue trainée mais cela se produisait de toutes parts, dans tous les sens et par centaines : le ciel était zébré de ces météores et ces feux, qui n'étaient pas d'artifice, m'ont laissé pour toujours – au moins j'espère encore quelques temps – un éblouissement initiatique en quelque sorte.

On n'avait alors comme référence que « l'Astronomie Populaire » de Camille Flammarion, l'ouvrage avait été couronné par l'Académie Française et adopté par le Ministre de l'Instruction publique pour les bibliothèques populaires en 1881. Voici donc, à la page 655, la réponse à mes questions, « le cœur éprouvé par les douleurs terrestres croit que le Ciel se préoccupe de nos destinées et que l'étoile filante marque le départ d'une âme pour l'autre vie ; la jeune fille dont le regard pensif s'est attaché un instant sur le météore se hâte de formuler un vœu dans l'espérance de le voir rapidement accompli ; le poète songe que les étoiles filantes, fleurs du ciel, s'épanouissent dans les champs célestes, et croit voir leurs pétales lumineux emportés par les vents supérieures dans la nuit infinie ; l'astronome sait que cet astre éphémère n'est ni une étoile ni une âme, mais une molécule, un atome cosmique, un fragment plus ou moins exigu en lui-même, mais dont l'enseignement peut être grand, s'il nous apprend d'où il vient et comment il rencontre ainsi notre Terre sur son passage ». Il y a, à la suite une gravure avec un radiant net ; vu le 27 novembre 1872. Il m'a fallu quelques années et le secours d'un professeur, membre de la Société Astronomique de France, elle aussi crée par C. Flammarion, pour confirmer qu'il y avait bien eu environ 200 000 météores à l'heure pendant 90 minutes. J'appris surtout que la cause en était le passage de notre planète à travers des amas de poussières mais il a fallu attendre 1972 pour qu'au cours d'un colloque que j'avais organisé à Nice, l'astronome américain Fred Wipple puisse confirmer que la Terre, dans son mouvement orbital, se trouvait sur la trajectoire, plus ou moins ancienne, d'une comète qui, à la fois, captait des poussières d'où une première queue, et éjectait depuis son noyau des particules qui formait un second flux. En 1933 comme le 9 octobre 2013, il s'agit de 21P Giacobini-zimmer d'une période de 6,62 ans ; son prochain passager au périhélie est prévue en septembre 2018. Cet essaim longtemps appelé Géacobinides est dit maintenant Draconides car il semble issu de la Constellation du Dragon, circumpolaire pour nous. D'un taux de 80 au Japon en 2002, on a enregistré à Jodrell Bank 170 échos en 1 minute en 1946 et 700 à l'heure au Japon en 1998. En 2013 on peut espérer un taux de plusieurs centaines de bolides tout particulièrement pendant la période allant de 22h15 (T.U.) le 8 à 2h15m le 9, surtout que ce maximum se produit en début de lunaison donc par nuit bien noire et dans le Dragon près du pôle Nord. On profitera les 8 et 9 au soir, une heure après le coucher du Soleil, pour repérer Vénus qui « reçoit la visite du jeune croissant lunaire », la Lune à 11 degrés sur la droite du phare vénusien le 7, sera le 8 juste au dessus à moins de 5 degrés. On n'ose à peine suggérer de surveiller les Hyades où se trouvent les Taurides Sud car on ne prévoit qu'un taux de 5 à 10 à l'heure, liées à la comète 2P Encke.

Ainsi donc ce mois d'octobre 2013 a des chances d'être l'occasion pour les amateurs de préparer l'observation de la comète ISON, qui encore pendant quelques semaines n'est visible qu'à l'aide d'instrument quoiqu'en fin de mois, de modestes jumelles suffiront pour la détecter : prenons quelques repères ; le 1er octobre à l'aube Mars et la Lune étant en conjonction, la comète sera près de la planète, le 15 toujours à l'aube à l'Est-Sud-Est on découvrira plus facilement Mars et Régulus et ISON sera de la partie mais encore à l'aide d'un instrument alors qu'on espère la voir à l'œil nu à la mi-novembre et contempler son panache en décembre.

Bernard Milet

 

A suivre en octobre 2013

Des planètes :

Vénus, le soir au Sud-Ouest qui le 1er se couche 1,5 heure après le Soleil et 2 heures après, le 31 : elle sera alors à 8 degrés de hauteur dans la Balance, puis le Scorpion et Ophiucus,

Mars : à l'Est-Nord-Est puis à l'Est-Sud-Est au cours de la deuxième partie de la nuit : elle sera près d'ISON, la comète

Jupiter également en seconde partie de la nuit à l'Est-Nord-Est puis au Sud et au méridien, elle sera à 68° de hauteur.

On ne peut plus observer facilement ni Mercure ni Saturne.

Le Soleil reste tout le mois dans la Vierge et ne quittera cette constellation pour la Balance que le 31 à 8 heures. Cela n'empêche les astrologues de le situer dans le signe du Scorpion dès le 23.

La Lune

  • Nouvelle Lune le 5 à 2h35 dans la Vierge
  • Premier Quartier le 12 à 1h03 dans le Sagittaire
  • Pleine Lune le 19 à 1h38 dans les Poissons
  • Dernier Quartier le 27 à 1h42 dans le Cancer

Noter que ce même 27 Octobre on passe à l'heure d'hiver mais comme le Dernier Quartier à lieu, en Temps Universel, le 26 à 23h42 ce qui en heure légale d'été le date le 27 à 1h42 sinon cela aurait pu se passer à 0h42 mais à 3 heures qu'il sera 2 heures !

D'autres phénomènes à observer

  • Le 4 à l'aube, on peut encore voir Jupiter à 0,9° de Wasat étoile de magnitude 3,5 des Gémeaux
  • Le 8 au crépuscule on retrouve Vénus et le fin croissant lunaire et bien sur les Draconides.
  • Le 10 essayer de détecter quelques Taurides
  • Le 15 Mars et Régulus accompagnent la comète ISON
  • Le 16 au soir vénus sera près d'Antarès
  • Le 25 et 26 Octobre avant l'aube le Dernier Quartier chemine sous Jupiter au dessus de l'horizon Sud

Bernard Milet

 

Identification